Un, deux, trois, nous irons au bois.

Un, deux, trois,
Nous irons au bois,
Quatre, cinq, six,
Cueillir des cerises,
Sept, huit, neuf,
Dans mon panier neuf.
Dix, onze, douze,
Elles seront toutes rouges.

uh, duh, trwah, noo zee-raw oh bwah,
kaat, saak, seess, kuh-year day suh-REEZ,
set, weet, nuhf, dah maw paa-nee-yay NUHF.
deess, awz, dooz, ell suh-raw toot ROOZH!

Cliquez ci-dessous pour écouter cette comptine.

One, two, three,
We’re going to the woods.
Four, five, six,
To pick cherries,
Seven, eight, nine,
In my new basket.
Ten, eleven, twelve,
They will all be red!

Voici une charmante petite comptine qui reflète bien son nom ! Car si les comptines fonctionnent surtout pour « compter » (ou plutôt pour décompter, ou retrancher) les participants d’un jeu, la plupart d’entre elles ne contiennent pourtant pas de chiffres à proprement dire.

Ce petit vers est plus ou moins l’équivalent du vers anglais One, two, buckle my shoe, Three, four, shut the door, et ainsi de suite. Ce qui m’intéresse surtout est la facilité apparente (pour moi, au moins) de la comptine en anglais, et la difficulté par comparaison de la française. J’ai l’impression qu’il est plus facile en général de compter par deux que de compter par trois. Qu’en pensez-vous ?

Les rimes aussi sont intéressantes, puisque certaines ne sont même pas des rimes. Trois/bois est une rime pauvre, puisqu’il n’y a qu’un phonème qui rime, /wa/. Six/cerises est plutôt une assonance : c’est une correspondance entre le son vocalique qui précède la consonne finale. Les consonnes, elles, ne correspondent du tout: /s/, /z/.

Neuf/neuf, c’est de la  rime riche par excellence–correspondance d’une voyelle et d’une consonne au minimum–mais ici les trois phonèmes correspondent. Dans la poésie « sérieuse » cela est considéré une faute. Et la rime finale, douze/rouge, là encore c’est une assonance.

Finalement, remarquez bien que les cerises seront toutes rouges. Là, tout est un adjectif, donc il prend la forme au féminin et au pluriel pour décrire les cerises. Ce qui veut dire que chacune des cerises sera rouge. Alors que, si nous disions elles seront tout rouges, cela changerait non seulement la prononciation (/toot/, too/) mais aussi la signification : elles seront tout rouges signifie que les cerises seront entièrement rouges (sans autre couleur). Tout dans ce cas-là devient adverbe.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s